Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), l’éclairage public représente 41 % de l’énergie consommée par les collectivités territoriales et 37 % de leur facture d’électricité.

La mise en place de l’optimisation de l’éclairage public permet aux villes qui l’ont adoptée de réduire considérablement leur consommation d’énergie et par conséquent leur facture d’électricité.

Ce dispositif est donc un moyen pour les communes de lutter contre le gaspillage énergétique et de réaliser des économies.

Sur le secteur d’expérimentation retenu, les économies d’énergie varieront selon l’amplitude horaire d’extinction retenue :

  • Entre 00h et 3h : 14 016 kWh (soit l’économie de la consommation annuelle de 3 foyers)
  • Entre 01h et 05h : 18 688 kWh (soit l’économie de la consommation annuelle de 4 foyers)
  • Entre 00h et 05h : 23 360 kWh (soit l’économie de la consommation annuelle de 5 foyers)

L’éclairage public participe à l’augmentation des émissions de CO2 dans l’atmosphère responsable de la production des gaz à effet de serre. L’interruption des éclairages artificiels peut donc être un moyen de lutter contre le changement climatique.

A Libourne, le prestataire et le matériel d’éclairage public évolue et nous serons désormais en mesure de piloter chaque point d’éclairage individuellement. Au delà des économies d’énergies possibles à terme, cette souplesse d’intervention permettra une réelle optimisation des éclairages en fonction des espaces et des populations, qu’elles soient humaines ou animales.