Selon l’Observatoire National de la Délinquance et des Ripostes Pénales (ONDRP), un éclairage public important ne démontre pas une baisse de la criminalité et de la violence : 80 % des vols et agressions ont lieu en plein jour.

Le sentiment d’insécurité lié aux rapports ancestraux des humains à l’obscurité existe bel et bien et doit être considéré dans les politiques publiques, mais augmenter l’intensité lumineuse ou le nombre de points lumineux n’est pas une solution pour répondre au besoin de sécurité. Et par voie de conséquence, réduire l’éclairage sur certains secteurs n’aura pas de conséquences négatives. 

Sources :